Augmentation mammaire

L’augmentation mammaire est une des procédures chirurgicales les plus courantes en chirurgie plastique à but esthétique et se caractèrise par la mise en place de deux prothèses mammaire (voir une en cas d’asymétrie).

Bénéfices

L’augmentation mammaire est retenu être une intervention dont le succès et le degré de sécurité a été prouvé. Les bénéfices sur la patiente qui présente présente des adéquates caractéristiques psychophysiques a de même été validé. L’augmentation mammaire est une des interventions de chirurgie esthétique qui offre la meilleure satisfaction à la patiente et qui augmente le plus son estime de soi.

Indications à une augmentation mammaire

Les indications à cette opérations sont multiples de même que les techniques chirurgicales.

L’hypotrophie mammaire (manque de développement de la glande mammaire pendant l’adolescence), une diminution du volume mammaire suite à une grossesse, des problèmes d’asymétries ou une légère ptose mammaire (descente et aplatissement du sein) sont les principaux problèmes décrites par nos patientes.

Des seins développées normalement sont parfois aussi opérés selon le désir de la patiente, ou suite à une prise de poids.
L’harmonisation du buste par rapport à la silhouette de la patiente et un résultat naturel sont les buts ultimes de l’augmentation mammaire.

le sein idéale

Le sein idéale doit être ferme, plein et haut. La mesure ideale est la 3ème pour une silouhette normale. La majorité des femmes qui se soumettent à une augmentation mammaire désirent une 4ème.

Incision et cicatrices

Les techniques opératoires sont multiples: la mise en place d’une prothèse mammaire étant la plus connue, le lipofilling pour des corrections plus minutieuse et pour la correction de défaut moins importants.

Les prothèses mammaires peuvent être mise en place suivant 4 site d’incision différents:
inframmaire
axillaire
periareolar
transumbilical

Positionnement

Le positionnement inframammaire est possible dans les patients avec un creux sous-mammaire développé.

Le positionnement par incision periareolaire, donnant souvent le meilleure résultat esthétique. permet un positionnement de la prothèse excellent. Les cicatrices sur le bord inférieur du mamelon est très discret mais doit être pris en compte lors du choix de la technique. Cette technique est malheuresement pas accessible au femmes qui ont une petite aérole suivant les dimensions de la prothèse choisie.

L’ incision axillaire et l’insertion endoscopique de la prothèse mammaire garantit des cicatrices presque invisible mais le positionnement de le celle-ci n’est pas toujours optimale.

Les cicatrices peuvent être de très bonne qualité déjà à partir du 3ème ou 4ème mois mais elles sont stables à un an.

Le voie d’abord

Le choix de la voie d’abord dépend fortement des habitudes du chirurgien et son expérience ainsi que du positionnement de l’implant, subglandular (directement sous la glande mammaire) ou subpectoral (positionnement sous le muscle pectoral)

Dans le positionnement subglandular la prothese est introduite devant le muscle pectoral. Cette technique est plus simple mais nécessite une bonne epaisseur du tissu sous cutané.

Le positionnement subpectoral (derrière le muscle grand pectoral) est spécialement indiqué dans les patientes très minces et permet un plus joli camouflage de la prothèse et ainsi une meilleure forme du sein.

Implants

Les implant prothétique à contenu saline sont utilisé plus fréquemment lors d’augmentation mammaire, ces prothèses sont recouvertes d’une solide couche en silicone. 99% de ces implants durent aujourd’hui plus que 10ans. La sureté de ce type d’implants a été prouvé par des études cliniques après plus de 30 ans de recherche.
Les implant contenant du silicone sont à ce jour très peu utilisés à cause de leur risque de rupture et du fait que la rupture reste inaperçue plus longtemps.
Il éxiste deux formes de prothèses mammaire: un premièr type rond et un deuxième en forme de goutte appelé aussi anatomique.
Les prothèses modernes sont recouvertes d’un matériel rugueux qui diminuent fortement le risque de capsulite (voir complications)

Augmentation autologues

Les augmentation mammaire en utilisant tissus autologues (c’est à dire, injections de sa propres graisse) sont de plus en plus étudiés par les auteurs de revue médicales publiées en ce moment. Le moindre risque de complications, infections, ablation et remplacement sont les majeurs points positifs de cette technique.
Par contre la forme et donc le résultat n’est pas complètement prévisible à cause de la réabsorption partielle de la graisse.

Grossesse et allaitement

L’intervention d’augmentation mammaire n’altère pas l’integrité de la glande mammaire ni la possibilité d’alaitement en cas de grossesse.

Complications générales

En plus des complications liées à toute chirurgie:
saignement: rare, se vérifie en général dans les premières 24h et nécessite le retour en salle opératoire pour hémostase, c’est à dire ablation de la prothèse, arrêt du saignement et réintroduction de la prothèse cicatrices hypertrophiques
infections: de moins en moins avec l’antibiothérapie prophylactique.

Complications spécifiques

Les complications spécifique de l’augmentation mammaire sont:
Contracture de capsule: création d’un tissu fibrineux autour de la prothèse qui se contracte autour de la prothèse en la comprimant. Il en résulte une déformation moins ou plus grave du sein corrigible en disséquant ce tissu fibrineux avec libération de la prothèse. L’utilisation de prothèses rugueuse ou recouvertes de polyuretane a fortement baissé le risque de contracture capsulaire.
Changement de sensibilité au niveau du mamelon.

Le degré d’importance des infections peut varier énormément, ainsi que leur traitement allant de l’administration d’antibiotiques à l’ablation des prothèses.

Cancer

Il y’a moins de cancers du sein chez les femmes porteuses de prothèses du seins que dans la population générale. Ceci est expliqué par le fait que ces femmes ont en général moins de tissu et de volume où les tumeurs peuvent se développer.
Les prothèses modernes n’interfèrent pas dans la détection des cancers du sein. La survie des patientes et le stage lors du diagnostic ne diffèrent pas entre les femmes porteuses de prothèse mammaire et les autres.

Radiothérapie

La radiothérapie n’est pas possible sur des seins portant des prothèses mammaires, c’est pourquoi l’ablation en cas de processus cancéreux du sein est indispensable.
Les prothèses n’interfèrent pas avec l’auto-palpation du sein puisqu’elles sont derrière la glande mammaire, siège des masses, et tumeurs du sein.

Complications esthétiques

La malposition des implants est la deuxième complication après les contractures de capsule.
La correction d’une telle complication implique souvent une combinaison de plusieurs techniques: ablation des prothèses, capsulotomie (ablation de la capsule fibrineuse formé autour de la prothèse), et repositionnement de la prothèse.

La préparation

Lors de la première consultation avec le chirurgien le but est de comprendre les motivations et les désirs de la patiente, ainsi que répondre à ses questions.
Toute information est donné à la patiente d’une manière comprehensible.
Les prix des prothèses, le coûts de la médication et de l’hospitalisation ainsi que les honoraires du chirurgien et du médecin anesthésiste sont aussi discutés lors de ce premier entretien.
Un délai de réflexion est ensuite pris par le chirurgien au but d’analyser la validité de la demande de la patiente ainsi que pour recevoir les résultats des examens de laboratoire et de l’électrocardiogramme. Seulement après ce délai de réflexion nécessaire, le chirurgien prendra une anamnèse générale soigné et poursuivra à une analyse du sein de la patiente et à des proposition pour ce qui concerne la taille, en accord avec la patiente, la voie d’abord et le positionnement les mieux adapté à sa silhouette.

L’anesthésie

Selon la voie d’abord, le positionnement de la prothèse et l’état physique de la patiente une anesthésie locale voir une anesthésie générale peuvent être choisie par le médecin anesthésiste.

L’intervention

Selon la voie d’abord et le positionnement de la prothèse l’augmentation mammaire peut durer pour 1 heure 30 à 2 heures.

Post-operatoire

En postoperatoire la patiente peut resentir quelque désagrement, tels que douleurs, tumefaction, ou fatigue ce qui est completement normale après une opération de ce type.
Une prescription de médicaments à but antalgique et une prophylaxie antibiotique à fin d’évider éventuelles infections est d’usage commun.
Nous laissons en place deux drain au but d’empêcher une accumulation de liquide dans le sein. Ces drains sont retiré de manière générale à 24-48h de l’opération et quand le rendement est inférieure à 50cc.

 

Convalescence

Pendant une semaine environ les cicatrices ne doivent pas être mouille ce qui pourrait endommager les sutures et la peau autour. Généralement 2 entretien sont nécessaire en post opératoire pour contrôler la bonne cicatrisation des plaies avec un délai de une semaine environ.
Pendant 2 semaines, voir plus dans des cas particulier, la patiente devra faire attention à ne pas soulever des poids, normalement elle beneficerà d’un arrêt de travail de 2 semaines au moins (voir plus si travail physique). Les activités sportives à partir de 4 à 6 semaines.
Après la première réfaction de pansement la patiente pourra porter un soutien gorge élastique de sport de type Sloggi.


Sutures

Les sutures externes sont retiré en général entre le 7ème et le 10ème jour. À partir de ce moment la patiente pourra se doucher normalement.

Initialement les seins apparaîtront légèrement plus hautes que la normale, en particulier quand les prothèse ont été posées en sous pectorale, elle trouveront spontanément une position plus naturelle après 2-3 mois.

 

 

Bibliographie:
Grabb and Smith’s Plastic Surgery, Page 712
Grabb and Smith’s Plastic Surgery, James Walter Smith
Charles Thorne, William C. Grabb, Robert W. Beasley
ISBN 0781746981, 9780781746984